île Maurice

 

C’est une nouvelle destination de rêve que les BOU ont choisi pour la deuxième partie de leurs vacances d’été. Destination l’ïle Maurice avec ses plages magnifiques, sa culture très variée et ses paysages colorés comme son drapeau. Cette fois ci la mission principale des BOU est la détente, il n’y aura que quelques excursions au programme. Notre hôtel est somptueux et nous sommes chouchoutés par le personnel. C’est la fin de l’hiver, il n’y a pas trop de monde et la météo est idéale.

Les BOU participants

Les BOU sont maintenant de grands voyageurs, l’organisation est au top. Arrivée à l’aéroport CDG en fin de matinée, nos places sont pré-réservées, plus qu’à prendre nos cartes d’embarquement et déposer nos bagages. Notre compagnie est AIR AUSTRAL qui va s’avérer être excellente, nous ferons une escale à Saint-Denis de la Réunion. Nous atteignons l’île Maurice dans l’après-midi après environ 16 heures de voyage. Nous sommes bien sûr attendus, une navette va nous amener à notre hôtel qui se trouve au nord-est de l’île.

Plus précisément près de Belle-Mare, l’avantage de l’île Maurice c’est que tout le monde parle français, héritage du passé mais qui continue avec son enseignement obligatoire à l’école.

L’accueil est vraiment très chaleureux à l’hôtel avec un petit cocktail de bienvenu, notre contact KAPPA nous présente les services et l’hôtel, elle va nous suivre pendant tout notre séjour.

Après avoir visité le magnifique complexe et pris notre premier repas, nous nous installons dans notre chambre avec terrasse qui donne sur l’océan indien. Les BOU sont aux anges.

Nous prenons vite nos marques, direction l’océan pour découvrir les plages. C’est l’hiver et il fait nuit de bonne heure, il faudra que l’on profite pleinement des matinées. Les couleurs sur l’eau sont magnifiques, on voit au loin la barrière de corail qui nous protège des vagues.

Quand on parle de marques pour les BOU c’est aussi le repérage des bars et restaurants. Nous sommes en All exclusive, nous avons quelques restrictions (on ne doit choisir que lorsqu’il y a des étoiles à côté de la boisson) mais la carte est sympathique et comme toute île tropicale le rhum est au rendez-vous.

La journée a été très longue, après un très bon repas (le buffet est excellent), nous regagnons notre chambre pour passer notre première nuit mauricienne. Le lendemain matin il fait beau, la température est très agréable, direction le petit déjeuner en passant par le somptueux parc de l’hôtel.

Nous somme traités comme des rois, l’hôtel n’est pas plein et il y a beaucoup de personnels. Parfaitement installés pour le petit déjeuner avec tout ce qu’il faut. Notre table avec vue sur l’océan nous invite à l’appréciation du moment.

Ce matin nous avons déjà une excursion de prévue avec la découverte d’un marché local dans la petite ville de Centre de Flacq située à quelques kilomètres de notre hôtel.

Explication par notre accompagnateur et dégustation de fruits exotiques. Suivi d’une petite heure de temps libre dans le marché et dans la ville.

La population du ville est d’environ 18000 h. La partie active de cette population travaille dans les secteurs manufacturier et des services de la région. Les zones industrielles de textile emploient beaucoup de femmes et pas mal d’hommes. Les centres commerciaux et l’industrie de la restauration sont aussi employeurs des Flacquois(es). C’est le centre administratif du plus grand district de l’île.

Retour à l’hôtel en début d’après-midi pour prendre notre repas et profiter de la plage. Nous avons trouvé des transats les pieds dans l’eau. On peut dire que les BOU profitent pleinement de l’endroit. Barman s’il vous plait un Mojito…

Que c’est dur de ne rien faire, l’eau est environ 25°C, le moment est venu de profiter de cet océan. Nous sommes quasiment tout seul et le silence est impressionnant, il faut dire que nous sommes dans un hôtel interdit au moins de 18 ans. Ce n’est pas tout cela mais c’est l’heure de l’apéro, et avec un couché de soleil c’est encore mieux.

Le lendemain la journée sera complètement dédié à la détente, nous avons les incontournables de la journée, mais aussi de ateliers, aujourd’hui ce sera atelier Mojito au bar de la plage (à gauche sur la photo ci-dessous). M. BOU s’est trouvé une activité sportive avec le ping-pong, provoqué en duel par les animateurs, aucune défaite relevée, sa réputation monte en flèche.

La journée se passe à merveille, ce n’est que du bonheur pour les BOU, notre équipe d’animation s’occupe très bien de nous, après un apéro en fin d’après-midi, nous avons aussi une soirée casino après le repas.

Le lendemain direction notre excursion vers la capitale Port-Louis, après plus d’une heure de route arrivée à notre premier arrêt, le fameux Jardin de Pamplemousse qui se trouve dans le district du même nom au nord-ouest de l’île Maurice. D’une superficie de 37 hectares, ce jardin botanique tropical vous dévoilera sans pudeur ses nombreuses espèces originaires des 4 coins du monde qui vous émerveilleront par leurs essences envoûtantes et leurs somptueuses couleurs.

De sa création par Pierre Poivre au 18e siècle jusqu’à nos jours, où il a pris le nom de Sir Seewoosagur Ramgoolam, le jardin s’est enrichi jusqu’à devenir ce sublime paradis foisonnant d’espèces, connu du monde entier et accueillant de nombreuses personnalités.

La partie la,plus célèbre est la Victoria amazonica dans le bassin des nénuphars, mais le jardin possède aussi des lotus, des nymphéas et des jacinthes d’eau que l’on trouve dans plusieurs bassins. Le jardin de Pamplemousses est traversé par la rivière Citron, le canal de la Villebague et le canal Belle-Eau.

Nous reprenons notre minibus direction la capitale. Peuplée de près de 150 000 h, la ville est aussi un port ouvert sur l’Océan Indien et la plus grande ville du pays. Originellement, la ville avait reçu des Hollandais le nom de Noordwester Haven traduit en Port Nord-Ouest par les colons français. Le nom de Port-Louis a été donné en hommage au roi Louis XV à des dates qui divergent selon les sources. Certains citent l’année 1721 ou 1722, d’autres font remonter ce second baptême à l’arrivée du gouverneur Mahé de la Bourdonnais en 1735. Sous la Révoloution, la ville reprit son nom de Port Nord-Ouest qu’elle alterna avec les noms de Port de la Montagne pour le port et Ville de la Montagne pour la ville entre 1793 et 1795. En août 1806, avec l’avénement de l’Empire napoléonien, le gouverneur Decaean lui donna le nom de Port-Napoléon qui fut conservé jusqu’à l’arrivée des Anglais en 1810 où elle reprit le nom de Port-Louis.

Après une rapide traversée de la ville nous dirigeons vers la citadelle. C’est le nom sous lequel est plus connu le Fort Adelaïde, fortification construite entre 1834 et 1840 sur une colline de la capitale mauricienne.

Aujourd’hui elle permet d’avoir une vue imprenable sur la ville.

Nous descendons maintenant  vers le Caudan Waterfront qui est encore en plein travaux. De construction récente, il s’agit de l’une des attractions touristiques majeures de la ville. On y trouve de nombreux commerces et magasins de souvenirs à l’occidentale qui manquaient avant sa construction. On y trouve également plusieurs boutiques, restaurants et hôtels, parmi lesquels Le Labourdonnais est le plus prestigieux.

Il a été baptisé en hommage a Jean Dominique Michel de Caudan, venu à l’ancienne Isle de France de son Languedoc natal. Saunier de métier, il créa une saline près d’une anse au sud-ouest de Port-Louis, en 1726. 

Nous avons maintenant près de 2 heures de temps libre, les BOU en profitent pour acheter quelques souvenirs. Mais cela nous laissent le temps de visiter le centre ville.

Les Portugais furent les premiers Européens à visiter l’île, à une date comprise entre 1500 et 1513. Ils l’appelèrent Cirné, nom du navire du capitaine d’expédition Diogo Fernandes Pereira.

Cependant l’île demeura inhabitée jusqu’à l’arrivée des premiers colons hollandais, en 1598. L’île fut ensuite colonisée par les Français de 1715 à 1810. Vinrent ensuite les Anglais qui l’occupèrent par la force avant que cette possession ne leur soit confirmée par le traité de Paris (1814). L’établissement britannique dura jusqu’à l’indépendance le 12 mars 1968.

L’île Maurice n’a pas de langues officielles mais l’anglais est reconnu comme la première langue du pays (administration, éducation) et le français comme seconde langue (médias). 

La population s’élève à environ 1,3 Mh et comporte plusieurs communautés. La majorité des Mauriciens est d’origine indienne, suivie par la communauté créole, plus ou moins métissée, et qui ne peut être définie par une seule origine et une couleur de peau spécifique (puisque certains Créoles ont en grande partie des ancêtres africains et/ou malgaches, quand d’autres Créoles ont en grande partie des ancêtres originaires d’Europe ou d’Asie.2,3). Il existe également une minorité de Sino-Mauriciens 4 et une minorité , principalement d’ascendance française (2 %).

Retour au Waterfront pour un petit encas avant de repartir.

La temps change et la pluie arrive, nous retournons à notre hôtel, il ne fait pas très beau mais ce n’est pas grave nous profitons au maximum du confort de notre hôtel. Et puis ce soir nous avons un super repas qui nous attend avec homard grillé. Quel bonheur, nous avons une table réservé près de la piscine, c’est le top pour les BOU.

Le lendemain c’est encore une belle journée qui nous accompagne, nous partons vers le village en suivant la côte, les paysages sont magnifiques. Sur notre chemin nous découvrons un temple hindou. L’hindouisme est la religion majoritaire à 51,9%, suivi du christianisme à 31,4%, de l’islam 15,3% et du bouddisme 0,4%. 

Nous sommes accompagnés de notre contact KAPPA qui va tout nous expliquer sur la culture mauricienne qui est vraiment très riche et très accueillante, les BOU garderont un excellent souvenir de cette île.

Une semaine cela passe très vite surtout dans ces conditions exceptionnelles, nous profitons de cette dernière journée au maximum.

Nous prenons notre avion le lendemain de bonne heure, tout est parfaitement organisé, petit-déjeuner à l’accueil. Notre navette nous attend direction l’aéroport. Comme à l’allez nous avons une correspondance à la réunion.

A très bientôt pour de nouvelles aventures.